AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Je suis l'Ange de la Musique, je suis le Démon de la Technologie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miyu Haneki

avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 27/04/2013
Localisation : Sur la Terre des Anges, dans mon château

Feuille perso'
Race :: Cyborg
Vie:
1000/1000  (1000/1000)

MessageSujet: Je suis l'Ange de la Musique, je suis le Démon de la Technologie   Sam 21 Juin - 21:24



Miyu Haneki ou Miku Hatsune

Informations


Nom : Haneki

Prénom(s) : Miyu

Âge : 17 ans

Sexe : Féminin

Pouvoir : Je peux changer de tenue, et donc mon pouvoir et arme changent. Je peux changer de tenue grâce à une tablette.

Groupe : Guerrière du Bien

Rang : Cyborg de la Musique


feat : Miku Hatsune de Vocaloid

Psychology

Je suis gentille avec les gens qui ont besoin d'aide, qui sont gentils, qui m'aide, mais sans pitié avec mes ennemis, si je dois tuer quelqu'un de semblable à moi, je le tue, car il veut me tuer et qu'il vient de l'autre camp. Quand je vois quelqu'un en difficulté, je l'aide, surtout si des gens de l'autre camp sont à sa poursuite. Je peux avoir peur aussi, alors j'essaie de ravaler ma peur et de la remplacer par le courage. Je m'énerve quand on me dit des choses mal sur moi, sur un ami ou autre. Je m'énerve facilement. Ma voix arrive à ensorceler les gens, mais elle change.

Storyline

Après le travail, le scientifique parti aller dans un bar, pour prendre un verre. Il n'alla pas dans le bar qu'il est tant habitué mais, un qui est près de son travail. Il entra et s'installa sur une de ces chaises hautes près d'une table. Personne avec lui, pas ses amis de travail, ses amis étaient parti plus tôt que lui. Alors que lui passe parfois toute la nuit à son travail. Un serveur arriva vers lui, lui donna la carte et reparti. L'homme prit le temps de choisir sa commande, une fois choisis, le serveur revient vers lui et lui demanda ce qu'il avait choisi. Un café crème. Le serveur parti passer la commande. L'homme regarda le bar, pour qu'il patiente. Moyennement remplis. Des ados, des adultes. Des couples, des amis. Il remarqua qui avait une scène. Une petite bien sûr mais, personne sur la scène. Pourquoi ? Peut-être que l'artiste n'était pas là, car c'était un jour de repos ou il était malade. Le serveur était de retour avec le café. C'était rapide sa ! Il remercia le serveur et il parti. L'homme apporta la tasse à ses lèvres, à peine que le café entra dans sa bouche qu'une personne apparut sur la scène. Une femme. Il a faillit avaler de travers ! Il posa la tasse, pris la petite serviette et s'essuya la bouche, tout en regardant la femme. Il la trouva magnifique. Dans cette robe noire. Elle avait un micro dans sa main droite, elle l'apporta à ses lèvres et commença à chanter. Sa voix avait aussi couper le souffle de l'homme. Ses mains tremble, son coeur bas plus fort dans sa poitrine, le battement de son coeur c'était fit entendre par les gens près de lui ? Il espérait que non. Il n'avait jamais ressenti cette émotion avant. Pas étant enfant, ni adulte mais, aujourd'hui il connut une nouvelle émotion. La femme posa son regard sur l'homme. Il se figea. Pourquoi lui ? Il était tombé amoureux de cette femme si belle. Quand la chanson s'arrêta, le monde dans le bar applaudit, lui aussi. Elle partit dans les coulisses. Le scientifique but le reste de son café, donna la monnaie au serveur et partit.

En route, il réfléchis, comme à son habitude, mais là, il essaya d'enlever l'image de cette femme, ce qui était impossible. Il entends des pas qui courts. Celui d'une femme à talons haut. Il continua sa route, perdu dans ses pensées avec cette image de la femme. Une main se posa sur son épaule gauche, il leva la tête et à la fois, il espéra que c'était la femme et à la fois que ce n'était pas là femme. Il se retourna pour faire face à la personne qui avait posé sa main sur son épaule gauche. Malheureusement ou Heureusement c'était la femme. Elle lui adressa un magnifique sourire. Il lui rendu son sourire, mais un sourire timide. La femme lui parla avec sa voix tendre et douce.

- Puis-je faire la route avec vous ?

Il s'attendait à ça. Son cerveau marcha plus vite. S'il fais là route avec elle, l'image de cette femme risque d'être graver à jamais dans sa mémoire, il voulait, mais cela risquer de le déconcentrer au travail. Mais s'il dit non, cela ne serait pas gentil et pas très galant. Il hocha doucement la tête. La femme souris jusqu'aux oreilles, bras dessus, bras dessous comme des mariés. Le scientifique regarda droit devant lui, essayant d'oublier qu'il avait cette femme dont il l'aimait avec lui. Ce qui était dur. La femme regarda plusieurs fois le visage de l'homme, elle était aussi tombée amoureuse. Ils marchent pendant un long moment, bras dessus, bras dessous. Cela n'avait pas dérangé l'homme, enfin ... Un peu. Il avait aussi peur que les battements de son coeur qui voulait sortir de la poitrine se fit entendre par la femme, mais il remarqua que c'était pareil pour la femme. Il se calma un peu, il se dit qu'il n'était pas tout seul dans le même cas. Il hésita à demander le prénom à la jeune femme. Il mourrait d'envie de savoir le prénom de cette jeune femme ! Il se lança à l'eau, il pouvait plus se répeter dans sa tête cette question et imaginer 10 000 scénario s'il demande son prénom.

- Co ... Comment vous vous appellez ?

La femme le regarda avec douceur, il dut se forcer à la regarder et ne pas détourner le regard d'elle, en faite, ce n'était pas si difficile. Il vit qu'elle hésita, pourquoi ? Après qu'elle lui dit son prénom. La femme lui demanda à son tour son prénom, avec sa voix si douce ... Il lui répondit. Peu à peu, il retrouva son calme et se conduit naturellement. Ils se posèrent tour à tour des questions pour savoir plus sur l'un et l'autre. La femme s'arrêta, il était obligé de s'arrêter, car son bras était enchaîné avec le bras de la femme. Il remarqua qu'ils c'étaient arrêter devant une porte. Ce n'était pas chez lui, mais chez elle. Le temps est passé vite. Il regretta de ne pas avoir demander le prénom de la femme beaucoup plus tôt. Il piétina sur place, il ne voulait pas la quitter ... La femme regarda le sol et dis.

- C'est chez moi ... Je pense que vous devez vous aussi entrer chez vous ... À un autre jour j'espère ...

Elle enleva le bras de celui de l'homme, elle fit un code, un bruit retentis, posa une main sur la porte et l'ouvrir qu'un peu. Avant qu'elle pût l'ouvrir entièrement, l'homme avait pris délicatement le poignet de la femme, il évita son regard quand elle se tourna vers lui. Il prit une grande inspiration silencieuse, il ne savait pas ce qu'il lui a pris de faire sa ! Par instinct ? Oui et maintenant, que faire ? Son instinct lui dit de soit s'approcher d'elle, soit de la tiré vers lui. Il la tira vers lui. Elle ne résista pas. Bonne nouvelle. Elle trouvait ça trop long, elle prit la tête de l'homme et l'embrassa. Et je vous laisse deviner ce qui s'est passé ensuite ...

Quelque mois plus tard, la femme accoucha chez elle, elle avait une amie avec elle qui était sage femme. Il était à son travail lorsque que cela arriva, testant des trucs qu'on lui avait demander de faire. Une fois terminer l'expérience, il reçut un coup de fil de sa petite amie, on ne peut pas dire que c'est sa femme vu qu'ils ne se sont pas mariés ! La femme lui demanda de venir au plus vite chez elle, sans donner plus de détails. Il enleva sa blouse, la mis sur le porte manteau, mis sa veste quand il est venu aujourd'hui au travail et fila, en courant. Il avait un peu peur qu'il soit arriver quelque chose de grave pour elle. Et puis, il avait des cris ! Il avait entendu des cris ... Et encore cette fois, il imagina 10 000 scénario. Cet homme avait une imagination débordante par fois ... Tant mieux alors pour un scientifique ! Une fois arriver là où habiter la jeune femme, il fit le code et entra en courant. Il toqua à la porte de l'appartement. Des cris ... Mais pas des cris d'adultes, mais de bébé. On lui ouvra la porte après un long moment. Il entra et alla vers le salon pour trouver sa petite amie allongeait sur le canapé avec un bébé dans ses bras. Leur bébé. Il s'avança timidement vers elle, s'agenouilla et caressa la tête du bébé qui ouvrit ses yeux bleus. Si bleu ...

La famille du scientifique n'était pas toujours des humains. Avant, c'était des Non-Humains, peu à peu, plus de Non-Humain dans leurs familles, mais des Humains. Pareille pour la femme. Ils vivent tous les deux dans un lourd secret qui ne doivent pas dire au monde. Maintenant, leur bébé, Miyu, devrait elle vit aussi avec cela malheureusement ...

Miyu grandit, elle était très curieuse et poser sans cesse des questions. Elle avait une très belle voix quand elle chantait. Elle apprit tôt à faire de la couture, quand c'était le jour de se déguiser, ses parents l'emmenaient pas pour acheter des vêtements, mais des tissus, c'était surtout sa mère et elle qui était parti pour faire ça. Elle apprit à faire des choses plus scientifiques, plus technologique avec son père.

Lorsqu'elle avait six ans, son père parti en voyage d'affaires en Europe. Quelques mois plus tard, ils appellent sa famille, même s'il le fessait tous les soirs pour parler avec son enfant et sa petite amie (oui, car ils ne sont toujours pas marié), cet appel fût en journée pour eux, la jeune femme répondit à l'appel, le scientifique disait qu'il devait rester quelques mois de plus et donc, il voulait que la jeune femme et Miyu viennent. Elle accepta avec joie. Miyu était toute exicter. Mais elles ignoraient ce qu'il allait se passer.

C'était le grand jour, elle était dans l'avion, en direction pour l'Europe. Elles étaient presque arriver, mais un drame ce produit. Le scientifique qui attender dans l'aéroport remarqua que cela fessait beaucoup de temps que l'avion et parti et qu'il devait normalement depuis un bon moment, être là. Il se renseigna et apprit une nouvelle troublante, il sorti de l'aéroport en courant, prenant sa voiture et parti. L'avion avait eu un accident, non loin de la ville de là où il devait atterrir normalement. Arriver sur place, l'homme courra vers la carcasse de l'avion. Des personnes l'empêcha d'entrer dans l'avion, mais il vit quelque chose qu'il le fit rester immobile. Deux médecins transporter une petite fille de six ans. Miyu. Son enfant. Et juste derrière, sa petite amie qui était beaucoup plus gravement blessée.

Il était à l'hôpital, entre les deux lits de ses proches. Tenant une main de chacune en pleurant. Il se disait que c'était de sa faute. Ce n'était pas de sa faute ! Peut-être du Pilote et du copilote ! Ou ils y avaient trop de turbulences ... Il se souvient de quelque chose. Il y a quelques mois, avant qu'il part en Europe, Miyu s'occuper tant bien que mal, son père la regarder et il la vit hésite sur quelque chose, mais quoi ? Le scientifique lui demanda pourquoi elle hésitait, elle lui répondit :

- Car je me demande si je mettrais mon cadavre pour servir la science ou que je fais don de mes organes à d'autres gens ...

Voilà que sa fille commence déjà à parler de ce qu'on va faire de son corps quand elle sera morte ! Miyu réfléchis longuement et finit par dire :

- Je donnerais mon corps à la science et s'ils n'ont pas besoin de mes organes, mes organes sauveront des vies !

Maintenant ... Elle peut servir la science. La mère de Miyu poussa son dernier soupir le lendemain, elle eut le temps de prononcer une phrase que seul les Non-Humain peut comprendre " Tu devras l'entraîner, l'heure approche ... Dit lui que je l'aime et que je ne voulais pas cela pour elle ... ". Lui aussi il l'aimait et lui aussi ne voulait pas ce destin si sombre pour elle.

Miyu était toujours dans le coma. Le scientifique profita de cela pour faire des modifications au corps de Miyu, car des parties étaient gravement endommagées et il devait être remplacé pour qu'elle soit prête pour la Guerre. Ses yeux étaient endommagés, il lui donna de nouveaux yeux de haute technologie, cela lui permettra de voir beaucoup plus de choses que la vue normale d'un Humain. L'ouïe, elle entendra mieux, sera attentive, pourra séparer chaque bruit et savoir d'où il vienne. Et ainsi de suite, améliorant chaque partie du corps endommagée de Miyu pour devenir un corps parfait de haute technologie.

Miyu ouvrit les yeux dans un lit d'hôpital, elle regarda autour d'elle, mais bizarrement, elle voyait chaque recoin, chaque détail, alors qu'elle ne voyait pas aussi bien que ça avant ! Son père entra, elle avait entendu ses pas venir vers sa chambre. Quand elle tourna la tête, elle vit un autre lit, mais vide. Son père s'approcha d'elle et s'assit sur une chaise qui était près du lit de sa fille. Elle le regarda fixement et son père éclata en sanglots. Miyu ne comprend pas pourquoi il éclate d'un coup comme ça ! Elle le prit dans ses bras, quand elle bougea ses membres, elle sentit quelque chose d'étrange, de particulier, comme si ... On avait remplacé ses bras. Elle le prit quand même dans ses bras, il arriva à articuler des mots.
- Je suis désolé ma fille ... J'étais obliger de faire ça ...

Il lui raconta tout. Que sa mère était morte, elle éclata à son tour en sanglot. Il poursuit en lui racontant l'histoire des Non-Humains, l'histoire de la famille de son père et de sa mère, ainsi que sa nature qui a été modifier pour devenir une cyborg.

- Cela n'est pas de ta faute, cela est normal, tu as fais ça pour que je réussis à survivre dans la guerre qui va venir, je ne t'en veux pas !

Il était heureux que sa fille ne lui en voulait pas et il avait l'impression qu'elle aimait son nouveau corps, mélanger à son ancien corps.

Peu après, il entraîna Miyu à maîtriser son corps, à se battre avec des armes de toute sorte et avec son corps. Il trouva aussi dommage de gâcher la voix de Miyu. Il la fit aussi comme chanteuse sous le prénom de Miku Hatsune. Elle grandira sous les projecteurs et dans l'entraînement de la survie.

Voici mon histoire, maintenant, laisser moi vous dire comment c'est passé les dernières heures de ma vie en compagnie des Humains.

Je fessais justement un concert là-bas. Je m'amusais et aussi, j'essayais d'amuser les spectateurs, car je sais ce qui va se passer.
Je sentais l'Heure approcher, j'avais peur, mais plus j'avais peur et plus je m'amusais. J'avais dis adieu à mon père, si je ne survivrais pas ou si on ne gagnait pas la guerre. L'Heure sonna quand je finis de chanter l'une de mes chansons, je me figea et ferma les yeux. Versa une larme. Pourquoi ? Pourquoi maintenant et pas hier ? Pourquoi maintenant et pas demain ? Pourquoi maintenant ?! C'est beaucoup trop tôt, je refuse ! Mais il le faut ... J'ouvris les yeux et regarda là où était la foule avant et pleura. Je partis en courant, prenant un sac qui a été préparé il y a quelques heures avant pour la guerre, le sac contenait des armes, des objets électroniques pour moi, et partis en courant, avec une arme à feu à la main et mon sac sur le dos. Prête pour le combat, prête pour la bataille, prête pour la guerre.

Behind the screen

Prénom ou Pseudonyme : La Vampire

Age : L'âge de la planète ou du Soleil

Que pensez-vous du forum ? : Bah, c'est le miens !

Comment as-tu connu le forum ? : Je l'ai créé !

Code du règlement : Compléter ici

Arrogant-Mischief sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londonswar.forumactif.org
 
Je suis l'Ange de la Musique, je suis le Démon de la Technologie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lost, je suis mi-ange mi-démon ..
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» Je ne suis pas Flemmard. Je ne suis pas Désaxée. Je ne suis pas Aveugle. [Pv : liliT, Sei]
» Alors je suis retourné dans ma chambre et je me suis écroulé sur mon lit, en me disant que si les gens étaient de la pluie, j'étais de la bruine et elle, un ouragan.
» Eternel ○ J'aimerais bien vous croire quand vous dîtes que je suis un ange ! Mais....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
London's War :: Identité :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: